Le clip envoûtant de Bowie
Categories : Hommages

« I Can’t Give Everything Away » nous fait voyager au milieu du cosmos, où se mêlent noir et blanc et couleurs psychédéliques…

« Ceci n’est qu’une petite vidéo sans prétention que je souhaitais conclure par un message positif. Je la perçois tel un hommage à David », nous confie Jonathan Barnbrook.

Voici donc enfin divulguée, quatre mois après la mort du chanteur, la vidéo de « I Can’t Give Everything Away », extrait de son ultime album « Blackstar ». Cette dernière est la création de l’artiste Jonathan Barnbrook, dont l’iconographie et les caractères uniques sont dévoilés au travers de cette œuvre.

 

Barnbrook, qui a collaboré avec Bowie pratiquement en continu, de l’album Heathen, en 2002, à « Reality » et « The Next Day »,  travaille ici sur l’esthétique de son dernier opus, et conçoit au travers de cette vidéo, une expérience visuelle hypnotique, dans un genre pour le moins minimaliste, en s’appuyant fortement sur la symbolique et les propres mots de Bowie. Tandis que le clip se passe majoritairement dans un noir et blanc assez nébuleux, le bouquet final quant à lui se révèle haut en couleurs, explosant en formes et matières, et se poursuivant par les images d’un astronaute dérivant dans l’espace.

« Ceci n’est qu’une petite vidéo sans prétention que je souhaitais conclure par un message positif. Je la perçois tel un hommage à David  » a déclaré Jonathan Barnbrook dans un communiqué. « Nous partons d’un monde en noir et blanc ★, pour passer à la couleur brillante, dans le chœur final. « C’est un véritable hommage à David », à savoir que, malgré les épreuves auxquelles nous sommes confrontés, et toutes sortes de choses difficiles qui se produisent, comme le décès de David, les êtres humains sont naturellement positifs, ils attendent impatiemment et sont capables de se nourrir positivement de leur passé et l’utiliser à bon escient dans le présent et comme quelque chose de très bénéfique pour leur évolution future. Nous sommes une espèce naturellement optimiste, et nous célébrons le bien que l’on nous donne ».

Via Rollingstone.com