Une musique qui emmène les mélomanes dans un voyage riche en couleurs.

Photo : ©Stoplight

 

Stoplight est un trio bien de chez nous, natif de la capitale. Mehdi Ouazza, Antoine Dandoy et Valentin Dupont forment ce noyau, électriquement chargé d’une énergie renversante, qui nous exhorte au désir de quitter l’ombre pour nous trémousser dans un halo de lumière iridescente. Une charge que l’on aurait spontanément envie de caractériser de positive, car tout en eux et dans leur musique respire la jeunesse et de bien nobles ambitions.

Rien n’arrête la lumière : le groupe poursuit sa voie sur les traces d'une pop malicieuse aux saveurs très indie. Un deuxième EP "Close your eyes" vient tout juste de voir le jour, disponible à la vente sur iTunes et en écoute libre sur Deezer et Spotify, à découvrir dare dare ! Il ne nous reste qu’à prêter l’oreille, non sans plaisir, en agitant nos briquets dans les airs pour saluer leurs créations riches en couleurs.

 

INTERVIEW

SD - Pourriez-vous nous parler de votre rencontre et ce qui vous a motivés à créer Stoplight ?

Stoplight - Notre band n’est autre que les cendres d’un premier groupe, "Airplug", créé à la base par Mehdi, motivé pour aller de l’avant, en changeant les choses, avec un nouveau line-up, fin 2012. Nous sommes aujourd’hui un trio, les choses ont donc encore un peu bougé depuis le premier EP, mais le noyau dur est plus que jamais présent !

 

SD - Stop light signifie "stopper la lumière" ? Pourriez-vous développer ?

Stoplight - Réellement, il faut considérer Stoplight en un mot. C'est un synonyme de "trafic light" qui signifie "feu de signalisation". Nous ne sommes pas franchement férus du code de la route, mais, comme souvent, quand on cherche un nom de groupe, l’idée vient par hasard... Dans notre esprit, cela exprime un mélange de couleurs, donc au final un caractère "indie" qui colle plutôt bien à notre univers.

 

SD - Stoplight, un vrai feeling pop, avec une volonté commerciale qui semble bien assumée. Etes-vous d’accord avec ça ?

Stoplight - Faire ou ne pas faire du commercial, telle est la question ! Si ça se sent, ce n’est pas forcément volontaire. Cela émane indirectement de la musique qu’on écoute. On reste cependant assez "indie" : on voyage un peu partout sans vraiment de frontières. Il nous arrive même de nous éloigner un peu trop. Certains premiers feedbacks sur notre 2ème EP allaient justement dans ce sens. Autrement dit : "On aime bien car on a pas l’impression d’entendre toujours la même chose".

 

SD – L’on aurait envie de dire que Stoplight se trouve au centre d’un carrefour d’influences telles que : Pony Pony Run Run, Metronomy, MGMT, Phoenix, même Daft Punk...

Stoplight - Clairement ! A L’écoute de notre premier EP, la meilleure comparaison fut de nous définir comme un hybride entre Phoenix et Vampire Weekend. Qui sait pour le 2ème ? :)

 

Stoplight : Nothing more

 

SD - Quelle est la finalité selon vous à faire de la musique aujourd’hui ? En vivre ? Vous faire plaisir ?

Stoplight - Notre groupe se compose de musiciens pro et non pro. L’objectif à long terme n’est donc pas forcément le même pour tout le monde. Mais une chose est sûre : nous souhaitons tenter notre chance pour aller le plus "loin" possible (Werchter ?). Si un jour, la vie fait que nous puissions en vivre, nous serons en mesure de faire des choix. Et pourquoi pas, abandonner nos activités professionnelles respectives au profit de notre passion ? Pour le moment, on se concentre sur les efforts à fournir pour arriver jusque-là... On verra ensuite...

 

SD - La scène serait-elle cette motivation première ? 

Stoplight - La scène, ça fait toujours plaisir, mais c’est davantage le studio et le home studio qui nous passionnent. La bidouille, à proprement parler, de sons et d’arrangements. Vient ensuite le travail d’adaptation live... C’est une autre histoire !

 

SD - A ce sujet, comment présagez-vous l’année à venir ? 

Stoplight - "L’équipe" autour de Stoplight se concrétise et tout le monde est gonflé à bloc pour attaquer 2016 et promouvoir notre nouvel EP. On a beaucoup appris du 1er, et il nous reste beaucoup à apprendre... On aimerait toutefois passer à la vitesse supérieure, d’une façon ou d’une autre ! :-)

 

SD - Deux EP en deux ans, c’est d’un augure heureux pour un jeune groupe. Existe-t-il un chemin parcouru entre les deux ? La couleur recherchée et l’inspiration ont-elles été les mêmes ? 

Stoplight - Tenant compte que notre line-up (de quartet à trio) a changé, que nous avons eu le temps de faire plusieurs concerts un peu partout dans le cadre du 1er EP, on peut affirmer qu’il y a eu un chemin parcouru, et du changement ! Il faut préciser aussi que notre 2ème EP a été financé en crowdfunding. On a donc pu rapidement se retrouver en studio pour enregistrer de nouveaux morceaux. Il nous a même fallu faire un tri tant les titres étaient nombreux. Rien qu’ici, pour notre nouveau set live, on a dû faire des choix afin de satisfaire tout le monde en jouant les anciennes chansons tout en intégrant celles de notre 2ème EP !

L’inspiration va bon train ; nous composons déjà pour un album, qui sera notre prochaine étape. D’ici là, on aimerait sillonner les routes et jouer live autant que possible en 2016, et  ainsi ressentir le feedback de notre public... :)

 

Site officiel : http://stoplightband.com

Facebook : https://www.facebook.com/stoplightband